JOHNSON (E. O. V.)


JOHNSON (E. O. V.)
JOHNSON (E. O. V.)

JOHNSON EYVIND OLOF VERNER (1900-1976)

Le romancier suédois Eyvind Johnson représentait l’une des tendances littéraires les plus originales qu’ait connues la Suède en ce XXe siècle; c’est d’ailleurs à ce titre que, conjointement avec son homologue Harry Martinson, il avait obtenu le prix Nobel en 1974. Tous deux pouvaient passer, en effet, pour les chefs de file (avec Arthur Lundkvist et Vilhelm Moberg) du mouvement fort improprement appelé prolétaire ou autodidacte. Cette dénomination entendait s’appliquer, en fait, à des écrivains sortis du peuple et venus aux lettres par un effort de culture personnelle, intimement mêlés aux luttes politiques, idéologiques et littéraires de leur temps (qui va, en gros, de 1910 à 1950) et pour qui le fait d’écrire était un moyen de connaissance et de libération.

Eyvind Johnson, né à Svartbjörnsbyn, dans l’extrême nord de la Suède (Norrbotten), était fils d’ouvrier. Mais son père, constamment malade, avait bientôt confié son fils à divers parents, en sorte que l’enfant connut la pauvreté et dut chercher à gagner sa vie dès l’âge de quatorze ans, sur place d’abord, puis, à partir de 1919, à Stockholm, où il fut ouvrier métallurgiste, chômeur et plumitif pour le compte de divers journaux, tout en militant fort activement dans divers mouvements socialistes ou syndicaux. C’est un autodidacte passionné, qui voyage beaucoup, se fixe à Berlin pour un temps, puis à Paris, édite avec quelques amis une revue, Notre Temps (1920), et publie, en 1924, sa première œuvre, un recueil de nouvelles intitulé Les Quatre Étrangers , qui est une variation sur le thème de la faim.

Désormais, son œuvre garde un certain ton polémique: son premier grand roman, Les Timan et la justice (1925), est un brûlot anticapitaliste; au portrait idéal du vieux Timan s’oppose la mauvaise conscience de son fils, exploiteur torturé par le sentiment de culpabilité.

On retrouvera régulièrement ce thème dans toute la production, en particulier dans Commentaire sur la chute d’une étoile (1929). Mais l’inspiration est ici plus riche encore: une vision quasi existentialiste du monde l’oriente souvent. Déjà, le fils Timan souffrait du divorce entre action et réflexion, rêve et réalité. Johnson poussera fort avant ses investigations dans ce sens, lisant Freud, se passionnant de psychologie comme l’instituteur Anderson, son personnage de Ville dans les ténèbres (1927). Enfin, et c’est le troisième toron de ce fil, le Norrland fait la toile de fond de la plupart des livres, avec sa nature grandiose et intacte.

À partir de 1925, un séjour en France, où il se marie (1927), l’incite à s’intéresser aussi aux recherches formelles, comme en témoigne, entre autres, Se souvenir (1928), qui est une étude d’un cas de schizophrénie mais qui introduit aussi dans les lettres suédoises le monologue intérieur.

Revenu en Suède dans les années trente, Johnson entreprend de retracer son itinéraire intellectuel et spirituel dans une vaste autobiographie, Le Roman d’Olof , en quatre parties (Alors, ce fut 1914 , 1934; Voici ta vie , 1935; Ne te retourne pas , 1936; Finale de la jeunesse , 1937). On peut tenir Le Roman d’Olof pour un modèle de «roman de formation» (au sens allemand de Bildungsroman qu’illustre le Wilhelm Meister de Goethe) comme en ont écrit la plupart des romanciers autodidactes suédois.

Avec la montée du nazisme, une nouvelle tendance apparaît. Dès le début, Johnson sera l’un des plus ardents à fustiger l’hitlérisme, dans Exercice de nuit (1938) puis dans Le Retour du soldat (1940). Volet négatif d’une réflexion dont l’aspect positif — il faut renoncer à la neutralité suédoise et promouvoir une véritable démocratie — s’exprimera dans la grande trilogie romanesque Krilon (Le Groupe Krilon , 1941; Le Voyage de Krilon , 1942; Krilon en personne , 1943).

Après la guerre, c’est de nouveau l’exil volontaire, en Suisse de 1947 à 1949, puis en Angleterre de 1949 à 1950. Johnson s’était auparavant essayé au roman historique dans L’Agitation des grèves (1946), qui s’inspire de L’Odyssée : les deux composantes essentielles de son inspiration y apparaissent clairement; d’une part, la mer, source de toute poésie; de l’autre, Ithaque, où vit la peine des hommes. Lorsque Eyvind Johnson entre à l’Académie suédoise, en 1957, la tendance «prolétaire» qu’il représente se trouve officiellement consacrée. Trois ans après, il publie ce que beaucoup tiennent pour son chef-d’œuvre, Le Temps de Sa Grâce (1960), où l’on retrouve ses goûts pour l’histoire et l’archéologie, déjà visibles dans Les Nuages sur le Metapontion (1957). L’action se passe au VIIIe siècle, et personnages, lieux, faits sont reconstitués avec un indéniable talent visionnaire; les sentiments sont ceux d’une époque rude et expriment bien la vision assez pessimiste que l’auteur se fait de la vie. Quelques pas vers le silence (1973) poursuit cette méditation en confrontant notre présent à des époques différentes, à travers le prisme de la violence.

Au total, l’œuvre de Johnson est considérable, d’autant que n’ont été notés ici que les titres les plus représentatifs. Il s’y ajoute de nombreux recueils de nouvelles, des essais, des récits de voyages, tous ouvrages qui disent à l’envi une admirable ouverture d’esprit, une curiosité qui ne s’est jamais démentie.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Johnson — bezeichnet: Johnson (Familienname), siehe dort Namensträger und Etymologie Johnson ist der Name folgender Unternehmen Howard Johnson s, US amerikanische Hotelkette Johnson Johnson, US amerikanischer Kosmetikahersteller und Pharmakonzern Johnson… …   Deutsch Wikipedia

  • Johnson — Johnson, Andrew Johnson, Eyvind Johnson, Lyndon Baines Johnson, Philip Johnson, Samuel * * * (as used in expressions) . Marguerite Johnson Bunche, Ralph (Johnson) Field, Stephen J(ohnson) Heade, Martin Johnson Johnson …   Enciclopedia Universal

  • Johnson —   [ dʒɔnsn],    1) Andrew, 17. Präsident der USA (1865 69), * Raleigh (North C.) 29. 12. 1808, ✝ Carter Station (Tennessee) 31. 7. 1875; Schneider, war 1843 53 Kongressabgeordneter, 1853 57 Gouverneur von Tennessee. 1861 stand er als einziger… …   Universal-Lexikon

  • Johnson — Johnson, AR U.S. city in Arkansas Population (2000): 2319 Housing Units (2000): 990 Land area (2000): 3.087187 sq. miles (7.995777 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 3.087187 sq. miles (7.995777 sq …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Johnson — hace referencia a: Brian Johnson, Vocalista del grupo Australiano AC/DC; Alexz Johnson, actriz y cantante canadiense; Andrew Johnson, 17º presidente de EE.UU; Eric Johnson, músico estadounidense; Holly Johnson, cantante británico (Frankie Goes to …   Wikipedia Español

  • JOHNSON (L. B.) — JOHNSON LYNDON BAINES (1908 1973) Né au Texas dans une famille pauvre, Lyndon Johnson participe de la mythologie américaine du président né dans une cabane de rondins. Cette pauvreté n’est cependant pas le comble de la déchéance, puisque son père …   Encyclopédie Universelle

  • JOHNSON (S.) — Bien qu’il n’ait laissé en aucun genre une œuvre de premier plan, l’écrivain anglais Samuel Johnson, communément appelé le Dr Johnson, domine son siècle de sa réputation et de son autorité. Il a donné son nom à l’époque littéraire comprise entre… …   Encyclopédie Universelle

  • JOHNSON (U.) — JOHNSON UWE (1934 1984) D’origine poméranienne, Uwe Johnson a fait ses études de germanistique à Rostock et à Leipzig, avant de s’établir en 1959 en République fédérale. Il a donc vécu de manière directe le problème de la séparation des deux… …   Encyclopédie Universelle

  • JOHNSON (P. C.) — JOHNSON PHILIP CORTELYOU (1906 ) Architecte américain. Après des études à l’université Harvard, Johnson débute comme critique et historien de l’architecture contemporaine. Propagandiste fervent du mouvement rationaliste, il organise en 1932 une… …   Encyclopédie Universelle

  • Johnson — (Andrew) (1808 1875) homme politique américain. élu vice président (républicain) des États Unis en 1864, il succéda à Lincoln, assassiné en 1865. Johnson (Benjamin, dit Ben) (né en 1961) athlète canadien d origine jamaïquaine. Champion du monde… …   Encyclopédie Universelle


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.